Les Citroën DS et ID en competition

Commençons par regarder cette petite video:

https://www.youtube.com/watch?v=5UlO9POoHw0&ebc=ANyPxKr9UZuzZ5lPbcGajVo6Ai9Ghgi9u6Y7MEaZusHCFcxTBcTOozK-yVaVygCOQDMJB0c65lQ1LPFiFlkk7gw-5PN6C1BlTQ

 


Chapitre 1: les Citroën DS et ID au rallye Monte-Carlo

[plaque de Trautmann en 1960]

 
 


[extrait d'une brochure de 64 sur le palmarès de la DS en rallye]

le Rallye Monte-Carlo (communément appelé "de Monte-Carlo") a été créé en 1911 sous le nom exact de "Rallye automobile international vers Monaco". Le but, à cette époque, était d'attirer une clientèle riche à Monaco pendant une période creuse de l'année, et d'éviter que cette clientèle ne se rende chez la concurrente voisine, Nice.

Depuis sa création, c'est un des plus difficiles et des plus prestigieux rallyes qui soit. La Coccinelle numéro 53 y eut d'ailleurs son heure de gloire dans un film qui a marqué ma jeunessse, mais ne mélangeons pas les genres, nous parlerons bien ici des exploits de l'ID et de la DS.

La formule du rallye dans les années 60 comportait un départ depuis différentes villes d'Europe plus exotiques les unes que les autres (Varsovie! Oslo! Glasgow!), puis le parcours devenait commun et enneigé à l'approche du Rocher, pour 4 derniers jours épuisants de compétition jour et nuit.

D'abord engagées par des particuliers, les ID et DS compétitrices seront, après la victoire surprise de Coltelloni en 59, soutenues par Citroën via l’écurie Paris-Ile-de-France (PIF) cornaquée par René Cotton.

Au niveau résultats, la grande période sera entre 1959 et 1966, on va le voir.


Pour constituer cet article sur la DS à Monte-Carlo,j'ai pioché sur internet, notamment le forum suivant: http://www.forum-auto.com/sport-auto/theme40/sujet378120.htm

Par ailleurs, au niveau liste des engagés, classements à l'arivée, photos, la meilleure référence que j'ai pu trouver est celle-ci: http://rallyemontecarlo.unblog.fr/

A noter que cet article vise en cible à être exhaustif sur les photos des DS et pilotes participants, alors n'hésitez pas à m'envoyer des compléments d'information!

 

 

 

[Toutes les images sont zoomables par un click sur la photo]

 

 

1956: le Monte Carlo de l'hiver 55-56 est la première course officielle de la DS19. Six d’entre elles s'engagent, ce qui nous donne l'occasion de voir sur ces photos jaunies quelques authentiques DS19 millésime 56, dans les toutes premières (certaines parmi les 6 faisaient partie des modèles précurseurs qui avaient été montés à la main!).

Cette année-là, c'est un rallye sans neige ni verglas, qui convint davantage aux Jaguar qu'aux DS.

 

1956

La meilleure DS classée terminera 7ème, c'est la numéro 115, pilotée par Pierre Courtes, concessionnaire à Marseille qui gagne une coupe en tant que 1èr de la classe 1300-2000 cm3 en catégorie tourisme de série normale.

Il y eut d'ailleurs un petit débat picrocholin car cette catégorie était réservée aux voitures vendues à plus de 5000 exemplaires, et ce n'était pas encore le cas bien sûr pour la DS.


une vue en couleur extraite d'un reportage anglais d'époque qui, à 21:24, commente perfidement que la DS, malgré sa modernité, a été battue pour le prix du confort par une misérable Austin.

Après la guerre psychologique anglaise, ici un article dans le bulletin interne Citroën sur cete première "perf" de la DS.

Et ici un reportage presque identique, paru dans le canard "le Citroën", destiné aux clients.

Paul Coltelloni est déjà là, avec le numero 43, courant sous le pseudonyme de "Capravesnes", peut-être pour préserver son honorabilité d'industriel dans la godasse. Dans le reportage Citroën ci-dessus, on voit son nom en clair, mais on lit juste "Capravesnes" sur la liste officielle des engagés.

De toute façon il ne finit pas pas la course, et passe même son dernier contrôle... en marche arrière: boite cassée. Dans une interview, il révèlera le numéro de série de cette voiture, dont il se souvenait encore, des années après: c'était la 42ème!

Pierre Rozée, Dubessay et Julioli, numéro 48, ils finissent 24èmes.

Henri "Ido" Marang et Manoukian, numéro 61, finissent 68èmes seulement, malgré une certaine allure dans la conduite, je dois dire..

Vous avez enfin, sur ce lien, une video d'époque sur ce rallye 56, tournée par Paul Magès et montée par ses héritiers. La partie sur le rallye commence à 18:15

On y voit à la fin cette pub consécutive aux bons résultats de la DS, sans doute sur les chmaps elysees.

 
 

1957: à la suite de la crise du canal de Suez, le Rallye de Monte-Carlo n'a pas lieu

1957
   

1958: la Renault Dauphine de Guy Monraisse remporte la compétition tandis que la meilleure DS19 (Charmasson/Peyrot/Fongalland) finit 11ème.

 

1958

Quelques participants:

D'abord, René Cotton en personne, casaque 27. Il finit 16ème. Le pilote, également directeur de l’écurie Paris-Ile-de-France (PIF) se fait la main sur cette monture qui partagera sa vie sportive jusqu'à sa mort en 1972...

Revoila Coltelloni, numéro 271.

Il court toujours sous le surnom de Capravesnes.

Alors que la victoire de Coltelloni semblait acquise, il abandonne à 30km de l'arrivée, sur accident avec une camionnette masquée dans un virage, histoire relatée en partie dans la BD sur la victoire de 1959.

Ensuite arrive la longue cohorte de ceux qui ne veront pas l'arrivée avec leur DS19 mal fiabilisée...

Ici Louis Chiron (qui avait gagné le rallye en 54 sur Lancia), numéro 267, il ne finira pas.

numéro 279, Ido Marang ne finit pas
numéro 283, l'illustre inconnu J de Langlard ne finit pas
numéro 340, les non moins inconnus G Bigaud et J Delindry ne finissent pas non plus.
 
 

1959: au 28ème rallye de Monte-Carlo, 23 ID ou DS sont engagées sans l'implication officielle de Citroën. Coltelloni engage l'ID19 de sa femme... et il gagne! C'est la première fois depuis 1911 qu'un concurrent parti de Paris gagne le Monte Carlo!

Malheureusement, cette ID19 victorieuse du Monte-Carlo fut plus tard détruite lors d’un accident de la route en revenant d’une exposition où elle était présentée lors des 24 Heures du Mans.

 

1959

Les vainqueurs: Coltelloni/Alexandre/Desrosiers
Notez le choc sur l'aile avant gauche, d'habitude les photos sont prises de l'autre côté...
On voit ici aussi, l'arrière de cette ID de série de teinte écaille blonde, le tissu des sièges: du helanca mordoré.

Ici la casquette à damiers de Coltelloni. Il faut aimer.

Je vous invite vivement à consulter sous ce lien mon article complet sur la victoire de Coltelloni en 1959.

 

Suite au Rallye, Simca, 2ème au général, communique sur sa "victoire"
(en fait victoire dans sa catégorie)

Cela suscitera la décision de Citroën de s'impliquer indirectement: la marque emploie Cotton en tant que conseiller sportif et fournit à l’écurie PIF les DS et ID nécessaires à son programme sportif.

Par ailleurs en ce qui concerne les autres concurrents sur DS ou ID, Marang (numéro 187) finit 4ème.

Chiron/Berger sur DS 19 numéro 350 sont 77èmes.

 

Voici Trautmann/Richard sur ID 19, numéro 352. Ils finiront 17ème.

Je pense que c'est ici la numéro 178, équipage Oreiller/Trautmann, qui finit 121ème.
L'ID numéro 39 de Aury/Giraud/Cabantous finit 100ème.

Au départ de Stockholm, les français Jean Laroche (259), qui finira 90ème et Jean Morin (289), 128ème.

Toujours au départ de Stockholm, l'obscur finlandais Klaus Weikkola, qui a du peindre lui même son "306", 111ème.

(D'après les archives de l'importateur Finlandais, le véhicule est une ID 19 Luxe, noire, numéro de série 203369, arrivée en Finlande le 14 novembre 1957, vendue le 2 décembre et livrée à Helsinki avec l’immatriculation BR-448)

   
A la suite de la victoire au Monte Carlo, Citroën crée une teinte au nuancier qui est proposée dès Juillet 1959: le "bleu Monte Carlo", AC605. Ce sera une teinte très vendue des millésime 60 et 61. Amusant de le voir aussi proposée sur des breaks, à mille lieues pourtant des prétentions sportives...
 

 
 
 
 

1960: Malgré un nombre impressionant d'engagés, le PIF reste bredouille (Marang est le meilleur, 10ème) et laisse Mercedes se pavaner.

 

1960
Trautmann court avec le numéro 2, son coéquipier s'appelle Gérard Chevron (est-ce un pseudonyme?!) et ils finissent ... 83èmes!

au départ d'Oslo: les hollandais Gorris / Wiedouw  (numéro 80, 30èmes)

et au départ de Varsovie: les très sexy Blansjaar/Blansjaar (numéro 127) devront abandonner.

Au départ de Varsovie, Jean Pierre Lobies, numéro 139, qui nous montre un gadget de son invention, dont on ne voit pas bien l'utilisation exacte...
Guy Verrier numéro 267, 19ème.

Coltelloni, le tenant, toujours aves Desrosiers... malgré leur magnifique équipement de pelles et de chaines, et leur nouvelle couleur de course, ils finissent 12èmes avec le Numéro 300.

 

Maurice Peyrot numéro 303 finit 32ème
   

1961:l’équipage Trautmann-Ogier remporte le temps scratch. Néanmoins ils sont privés de victoire pour une sombre histoire d’indice au profit de Panhard (3 PL17 prennent les trois premières places).

 

1961
La fine équipe. Au premier plan, la 242 de Foveau-Salvat, qui finira 91ème. A côté c'est Coltelloni, c'est donc la 244, qui finit 57ème.
Vous en riez, mais 57èmes c'est un peu décevant tout de même, messieurs Coltelloni et Alec...

Ici Trautmann-Ogier (numéro 6), seulement 19èmes finalement, et meilleure DS... Ils gagnent quand même le prix de leur Classe (1600-2000 cm3) dans la catégorie Toursime.

La numéro 4 que vous pourrez voir sur la superbe video en lien: Vanson / Derolland (62ème) lien vers video Youtube

De Lageneste/Greder finissent 59èmes sur leur DS19 numéro 58.

numero 157: Abandon

Le fameux Jean Rolland, dans sa courte période DS.
Ici associé à Gabriel Augias (199) pour une décevante 43ème place.

   

1962: on commence à voir revenir régulièrement les noms qui formeront la légende: Neyret, Bianchi, Trautmann, Toivonen...
Mais en 62, c'est Saab qui gagne.

 

1962

La peu connue paire Maurel/Courbe numéro 104 (107ème), eut pourtant droit à cette surprenante photo colorisée dans l'Equipe.

Ray Rocardis (128)

Guy Verrier (136) qui deviendra patron de Citroën Sport bien plus tard Il est 22ème.

Le Belge Lucien Bianchi (137), qui apportera ses lettres de gloire à la DS en Rallye, est ici 23ème.
Levillain numéro 138, 142ème.
L'inéneyretble Bob (149) sera 7ème, et aussi 1er de sa classe (classe 4: de 1601 à 2000cm3), dans la catégorie Tourisme.
235: Trautmann Bouchet (14ème)
 
J Guichet, numero 243, 13ème.
   

1963: outrageuseuement dominatrices, 5 DS sont dans les 10 premières (Toivonen 2ème, Bianchi 4ème, Neyret 5ème, De Lageneste 7ème, Verrier 10ème). Cependant, c'est encore Saab qui gagne.

 

1963

Citroën balancera une publicité un peu polémique sur le mode "c'est Citroën qui a gagné le Monte Carlo". Alors que c'était plus exactement: Citroën a gagné la coupe des constructeurs au Monte Carlo.

 

Présentation de l'équipe officielle 63...Neyret et Terramorsi font les zouaves sur la photo. En voilà deux à qui je n'aurais pas confié mes molaires. Ici une interview des deux phénomènes, qui devient très intéressante à partir de 5'30.

La famille Citroën au départ de Monte Carlo. Devant, c'est la 195, la voiture de Neyret, qui finira 5ème. Derrière, je vois la 42, celle de Bianchi/Ogier, qui finira 4ème.
La 195

Et ici la 42

Ici le finlandais Toivonen, numéro 233, qui finit deuxième et gagne le prix de sa classe dans la catégorie tourisme.

Toivonen encore; il s'agit d'une carte postale promotionnelle éditée par le "service de la propagande" Citroën

En voici le verso.
Toivonen toujours, dans un reportage de l'action automobile

Numéro 338, Trautmann Ogier, 7232 NC 75, qui ne finit pas, même si c'est lui qui fournira cette année là les plus belles photos à Citroën communication!

Le nom d'Ogier apparait dans les participants à la fois dans les voitures 42 et 338. Je n'ai pas su lever ce mystère, je ne pense pas que Lucette Pointet se serait inscrite sous le nom Ogier en 63...

 
 
 


1964:
petite année pour Citroën, et victoire des Morris Mini cooper

 

1964

Trautmann Chabert, numéro 298, 12ème

Bianchi/Ogier numéro 164, 21ème

Numéro 169 (Lucette Pointet), abandon.

Guy Verrier, numéro 193, 42ème.

Demortier, numero 215, 34ème.
Jean Guichet, numero 322, 31ème.
 
   

1965: Les Citroën ne peuvent contrarier la deuxième victoire consécutive des Mini. (Les classements sont honorables: Neyret 7ème, Ogier 12ème, Verrier 16ème, Bianchi 23ème, Pointet 25ème).

 

1965

Ici Neyret, numéro 75

 

..ici en action

video rallye Monte Carlo 1965

 
Lucette Pointet numéro 82, un peu diminuée...
Ogier numéro 83.

 

 

1966: victoire au scratch de l’Austin Mini. Néanmoins, pour un obscur problème de non-conformité des feux, toutes les Mini sont déclassées. La victoire revient donc à l’équipage Toivonen-Mikander sur DS21. Lucette Pointet (46ème) remporte la coupe des Dames.

En réalité ce déclassement décidé par la FIA, en apparence inique puisque les feux avaient été homologués au préalable, est à lier à autre chose.

En effet, BMC avait triché pour remporté l'épreuve en 1965 après avoir utilisé 2 Morris Cooper S pour assurer la victoire du grand Timo Mäkinen! Une allégée jusqu'à la fin du parcours commun, une "ordinaire" ensuite, susceptible d'être démontée (à l'issue de la course, sur le port de Monaco) et répondant donc aux exigences du pouvoir sportif ensuite...

Et c'est l' "intime conviction" de tricherie en 65 qui aurait indisposé la FIA à l'égard des grands bretons, et qui aurait généré, un an plus tard, le déclassement des BMC Morris Cooper S, pour un motif techniquement futile, au profit de notre chère DS.

Ici le scan en deux morceaux de l'Equipe du 18/01/2011, qui relate les dessous de cette affaire. Scan 1; scan 2.

 

1966

Toivonen ne reviendra jamais beaucoup sur cette victoire sur tapis vert. Par contre, Citroën la ramènera un peu avec une communication sur le mode "6 voitures dans les 12 premiers"...

ce qui est vrai, mais pour autant il y avait aussi 4 Lancia Flavia dans les 8 premières...

Une petite photo du magasin des Champs Elysées au moment de la campagne de communication.

 

Et voici le vainqueur Toivonen, numéro 195

Une photo de communication du rallye 66. On a du mal à admettre que ce soit le même bleu que la photo du dessus!
Et ici voici le numéro 28 (Ogier/Ogier)

A la suite de cette seconde victoire, Citroën a l'idée de sortir à nouveau au nuancier de série son "bleu monte carlo" AC605. Cette fois il ne durera qu'un an au catalogue, et se vendra nettement moins bien qu'en 60-61. Les goûts avient-ils changé? En tout cas ce qui était je dois dire surprenant c'est d'avoir sorti un "bleu monte carlo" en bleu ciel, très différent du bleu des voitures de compétition. J'imagine que ça devait être déstabilisant pour l'acheteur fan de rallye.

 
   
   

1967: les Mini reprennent le trophée qu'on leur avait volé l'année précédente. Les DS21 sont impuissantes, on ne reparlera plus vraiment d'elles les années suivantes.

 

1967

Rives apprécie la pente. C'est le coéquipier de Jean Rolland

Voici les beaux gosses, équipage 91. Ils abandonneront.
 
 
Le style de l'époque Delpire pour les photos de rallye de DS. A force de montrer le mouvement dans le flou, on se lasse un peu et ça en devient agaçant. Ici c'est le numéro 132, L Bianchi, qui finira 31ème (la meilleure DS est celle de Verier, 20ème).
Ici Marang, numéro 124: 36ème.
   

1968: j'ai pas trouvé grand chose

 

1968
Ogier 19ème et meilleure DS21

1969: j'ai rien trouvé

 

1969

1970: j'ai pas trouvé grand chose

 

1970

Marcus Bryde Sverre - Aage Braein (Norvège)

1971: j'ai rien trouvé

 

1971

1972: j'ai pas trouvé grand chose

 

1972

abandon de Touroul qui ne porte pas bien son nom

Romaozinho/Morais, 19ème et meilleure DS21

La DS finit donc sa carrière à Monte Carlo sur une teinte rouge assez osée et une publicité pour les lainages... Il était temps de passer la main.
 

... Ainsi se termine cet article sur la DS à Monte-Carlo.
N'hésitez pas à m'envoyer des compliments. Heu des compléments.