Evolution des malles arrière des Citroën DS/ID, par le Docteur Danche

 

 

 

Les malles des DS

La malle d'une DS comporte des chevrons dorés, pour la distinguer de l'ID, qui a des chevrons argentés.
Sur les premières années, il y a aussi quelques finesses que nous allons voir ensemble.


  Avant d'attaquer les différents modèles, on commence par les cotes, je pense qu'elles n'ont jamais varié.
 

Premiers modèles (toutes premières DS)

La malle arrière est en alu.
Rien ne permet de la distinguer extérieurement mis à part l'absence de rouille...

 

 

 

Très tôt (au Printemps 57) la malle arrière devient elle aussi oxydable.

La plus récente connue avec la malle alu est en France la coque DB4155, chassis 14210, de Mars 1957.

La coque DB6481, chassis 17006, d'Avril 57 l'a aussi encore, mais la voiture est export Danemark.

 

 

En juillet 1959, au moment de la retouche des ailes (arrivée des ailes longues), la malle n'est pas redessinée. Elle n'est donc plus alignée avec le bout de l'aile, ce qui est un peu douteux au niveau esthétique générale...

 

 

Un doigt d'ouverture du capot apparait pour le millésime 61 (Sept 60)

 

  Ici une vue de profil qui montre peut-être mieux le défaut d'alignement (en ailes longues) que je mentionnais plus haut.
 

Enfin en Janvier 61, un trou est ajouté dans la traverse AR, pour permettre le passage de l'évacuation d'eau

C'est la dernière évolution de la malle de DS.

  Au niveau de l'ouverture, dès les premiers modèles (et contrairement à l'ID), la malle a des vérins télescopiques, comme en atteste cette photo d'un des prototypes (NB: le pare-chocs arrière n'est pas encore celui de série)
 

L'éclairage de coffre est également présent sur la DS dès le lancement. Ici sur une DS 1961, on distingue le bouton poussoir qui permet son activation.

     
   

Les malles des ID

 

Une différence entre ID et DS est que le bouton d'ouverture de malle est alu, et non chromé.

Par ailleurs, à sa sortie et jusqu'en Mai 61, l'ID n'a pas d'éclairage de coffre, et, à la place des vérins téléscopiques de la DS, il y a une béquille centrale, plutôt instable.

 

En Mai 1961, l'ID est alignée sur la DS et désormais les évolutions sont les mêmes: seule la présence de chevrons argentés distingue l'ID de la DS, ainsi que les insignes de malles, bien sûr, qui seront l'objet d'un prochain dossier.

Par ailleurs, puisque vous êtes sur les malles, il y a aussi le dossier sur les compas de coffres que vous pouvez consulter.

    Les malles des DS Pallas
 

 

Un joint mousse est présent sur les Pallas, il est censé rendre la fermeture plus "onctueuse".

Collatéralement les joints caoutchouc de tour de coffre sont remplacés par de simples joints en plastic à lèvres fines.

En conséquence, la malle prend de l'altitude et parait moins alignée aux ailes que sur les modèles DS confort ou ID.

A noter que vient s'ajouter au joint mousse un  joint noir en plastique fin sur la partie basse  de la malle, souvent absent lors des restaurations.

  Ce boudin, ainsi que le rembourrage latéral...
  ... conduisent à ce que la malle Pallas soit nettement réhaussée, elle semble mal fermée.
    Habillage intérieur
 

 

Les premières ID ont une malle avec de la tôle nue.

 

 

Les premières DS (jusqu'en 62) ont un habillage en skai noir qui ne couvre pas la totalité de la malle.

C'est aussi l'habillage qui sera adopté par les ID sur la période 63-66

 

 

Les DS à partir de 63, les ID à partir de 67, ont un revêtement complet du fond de malle

 

Ce revêtement complet perdurera jusqu'à la fin de production, sur tous les modèles (y compris DSuper, DSuper 5), à l'exception de la DSpécial.

 

 

 

 

Les DSpécial renouent à leur lancement en 1970 avec leurs glorieuses ainées, les premières ID.

Elles auront donc une malle brute, sans aucun revêtement.

    à l'étranger
  Sur les modèles Pallas fabriqués en Belgique à l'usine de Forest, une moulure supplémentaire chromée est ajoutée en haut de malle.
  Quant aux ID fabriquées à Forest, elles auront un revêtement de coffre de type DS, ainsi qu'un éclairage commun avec les DS (le poussoir est un peu différent des modèles France).
    Pendant ce temps, à Vera Cruz
 

Sur les breaks, le hayon (à ne pas confondre avec les princesses en haillons) a une évolution au millésime 67, concernant son système d'accrochage.

 

  Ici des photos extraites de l'excellent Citrowagon.fr