La finition Luxe sur Citroën ID 19, par le Docteur Danche


Finition Luxe, qui êtes-vous?

L'ID à ses débuts est proposée en trois niveaux de finition: "Confort", "Luxe" et "Normale". Si l'homme de la rue ou le pilier de bistrot intuite instantanément (à juste titre) que l'ID "normale" doit être le bas de gamme, la question se pose de façon plus aiguë pour les deux autres finitions: laquelle est donc la plus haute sur l'échelle sociale?

Revenons un instant aux définitions.

Le confort désigne "un certain bien-être matériel".

Le luxe (lat. luxus) désigne un "mode de vie consistant à pratiquer des dépenses somptuaires et superflues, dans le but de s'entourer d'un raffinement fastueux et ostentatoire".

De ce qui précède, la conclusion devrait donc être évidente. Et pourtant non, puisque l'ID Luxe est en fait la version dépouillée, tandis que l'ID Confort propose des prestations qui tutoient celles de la DS.

La finition dite "Luxe" est donc, en synthèse, un attrape-couillon.

 

Chronologie

La finition Luxe est proposée sur berline dès le démarrage de la production (millésime 57), et sur break dès son lancement (millésime 60).

Elle sera ensuite proposée sur catalogue jusqu'au millésime 69, sur berline et break.

Ensuite cela devient un peu confus: en 70 et 71, la finition Luxe est encore mentionnée mais uniquement sur break. En effet, sur berline, au moment de la transition du millésime 70, la DSpécial devient en fait plus ou moins l'héritière de l'ID Luxe, tandis que la DSuper, elle, descend de l'ID confort.

En 72, le mot "Luxe" est rayé du catalogue.

Bien anticipé: dès Octobre 73, l'heure en France ne sera en effet plus au faste inouï et au raffinement m'as-tu-vu, mais à la crise pétrolière et au stockage de pâtes.

 

Production

Sur berline, aux millésimes 57 et 58, la finition Luxe est majoritaire dans la production des ID.

  Luxe Confort Normale
1957 3234 2418 1
1958 21347 5300 304
1959 3605 40460 66

Mais on voit sur le tableau qu'au millésime 59 (Sept 58), la tendance s'inverse complètement, et la production des ID Luxe devient subitement confidentielle. Les chiffres ne sont pas connus avec exactitude, mais on chute encore à partir de 1960, avec 600 exemplaires environ par an, à comparer aux plusieurs dizaines de milliers de l'ID confort.


La tradition orale rapporte que les ID Luxe berlines étaient encore produites après 59, essentiellement pour les taxis, mais aucune photo d'époque ne me l'a prouvé. Par contre j'ai observé qu'il y avait beaucoup d'ID Luxe survivantes vendues à l'export (USA, Scandinavie), peut-être donc pour des questions de taxe à l'importation.

Sur break, j'ai observé sur les autos survivantes que l'option était nettement plus courante que sur berline, et ce sur chacun des millésimes 60 à 68. La répartition n'est pas connue, mais je dirais à vue de nez un rapport 1/5 Luxe (essentiellement en Similoid Rio, cette espèce de paille synthétique, puis en skaï bufflon à partir de 1966), contre 4/5 Confort. En 69-70-71, la chose semble devenue plus rare, presque réservée aux Commerciales.

 

Les notices (featuring Prof. Petriman)

Un changement est visible sur les notices utilisateurs, probablement lié à la diminution drastique et soudaine au millésime 59 de la production de la version Luxe: en effet, on relève que jusqu'en Août 58, la notice ne porte aucune mention. C'est dans le contenu que l'on voit qu'elle est pour "Luxe et Normale". (Il en existe peut-être une version Confort, mais c'est peu probable).

Ici les scans du contenu de deux notices "Luxe et Normale", qui sont presque identiques.
AC 5223 (Janvier 1958)
AC 5233 (Avril 1958)



Mais, à partir de Septembre 58, en fait après la fin de production dans des volumes raisonnables de l'ID normale, la notice change et porte alors en couverture la mention spécifique "Confort" ou bien "Luxe" (dans ce dernier cas, d'après un témoin oculaire isérois, il serait alors écrit "Luxe" sur la couverture, avec une bande marron).

Pour ma part je doute de son existence réelle, car elle ne figure pas dans la collection d'Alex, qui a voué sa vie à la collection de notices utilisateurs ID/DS: http://www.nuancierds.fr/livrets.htm).

jusqu'à Août 58
(Luxe et normale)
A partir de
Septembre 58 (Confort)
A partir de Septembre 58 (Luxe)
pas d'image disponible; existence supposée

Selon le Professeur Pétriman, joint en urgence au téléphone, il est "probable mais pas certain" (pas certain car ni lui ni moi ne connaissons quelqu'un en possession d'une notice Luxe de la période Sept58 - Sept62) que les notices spécifiques Luxe perdurent jusqu'en Septembre 62.

Ce qui est sûr c'est qu'à partir de Mars 63, il est clair et net que la notice devient commune, car certains paragraphes précisent dès lors dans leur texte que "en cas de finition Confort, vous pouvez règler les sièges etc".

Juin 62
(notice Confort)
Mars 63
(commune Luxe/ confort)

 

 

Mais au fait, Docteur?

Vous n'oubliez pas un détail dans votre conférence?
Vous ne nous avez toujours pas dit en quoi consiste la fameuse finition?


Ah, oui, certes, j'étais distrait.
Eh bien en termes d'intérieur, ça consiste à mettre:

- des tapis de sol avant en caoutchouc, et non en laine. Ici la découpe 1963 apparue à ce millésime.

- un tapis de sol arrière dans le matériau de la garniture de longeron.

- une banquette arrière sans accoudoir amovible

- des sièges avant non inclinables (ou une banquette)

- des panneaux de portes en plastique, très simplifiés dans leur design. Un accoudoir un peu ridicule, assorti aux sièges, y est parfois ajouté à partir du millésime 59 (avec des finesses selon berline, break, commerciale..)

Sur ce sujet, voyez plutôt ces pages:



- des sièges qui suivent leur propre évolution au cours des années, avec différentes découpes tissu/skaï, plus ou moins exotiques, lorgnant parfois vers les intérieurs d'Américaines.

1957-58: les joues de sièges et de la banquette sont en tissu, le dessous est en skai noir, l'arrière est blanc strié finement, assorti aux panneau de portes

1959: découpe en skai blanc en haut de siège et de banquette, à motifs rectangulaires en pointillés. Les joues des sièges et de la banquette sont en skai noir, ainsi que le dessous. L'arrière des sièges est noir.

 

 

1960: la forme de la découpe en skai change: ce sont désormais deux ensembles de 9 bandes, et non plus des petits rectangles.

Et ce, aussi bien sur les sièges que les banquettes.

1961-65: je ne m'avance pas, j'attends des exemplaires de référence qui seraient indiscutables.

1966-69: "bufflon", le siège et la banquette sont entièrement en skaï.

Sur breaks en finition Luxe, on trouve aussi les intérieurs "ficelle" et "rio" abordés ici.

Ajoutons enfin que les tissus eux-mêmes des sièges Luxe sont spécifiques (voir ce dossier) et que si l'on en croit le nuancier 59, la teinte Bleu nuit était réservée aux ID confort, et interdite aux ID Luxe!

Enfin, pour achever de définir la finition Luxe, en termes d'équipements cette fois, certaines évolutions sont décalées dans le temps.

Par exemple, l'ID Luxe, pendant ses premières années d'existence (jusque Sept 64), aura la frustration de ne pas avoir de lave-glace: jusqu'en Juin 58, son capot ne comporte pas du tout de trous pour le lave glace et, à partir de Juillet 58, c'est le capot standard (DS/ID), mais avec des pastilles métal ajoutées pour obstruer les trous de lave glace.


Le bouton au tableau de bord de commande des lave-glace n'est pas présent sur les modèles Luxe, c'est donc un moyen (avant Septembre 64) de les repérer facilement des modèles Confort.

Par ailleurs, elle n'a pas de montre au tableau de bord, et elle gardera plus longtemps ses cercles de phares avant peints couleur carrosserie (Juillet 58 contre Mai 58). De même, elle n'a pas de commande de déverrouillage intérieur du capot entre Mai 61 et Sept 62 (alors que dans le même temps, l'ID confort l'a obtenu...).

Enfin elle n'a pas, sur la période Octobre 58-Sept 64, deux fonctions de confort:

- le chauffage pour le passager arrière (via un tuyau qui chemine dans le longeron côté conducteur et une buse d'ouverture)

Ici donc la version Confort (et non Luxe), avec buse

- les deux boutons de déflecteur d'air frais vers les genoux du conducteur et du passager.

ici la version Confort (et non Luxe), avec ces deux petits dispositifs commandés par des leviers à boule blanche

Toutes ces finesses ne me semblent pas rimer à grand chose. Je n'étais pas cost-killer chez Citroën en 58, sinon laissez-moi vous dire que les choses auraient changé, et ça n'aurait pas été du luxe.


Identification

Bien sûr il est possible très facilement de Confortiser une ID Luxe, juste en ajoutant deux-trois options et en changeant son intérieur. Mais, à l'inverse de la question insoluble de l'identification d'une vraie Pallas, il est possible de distinguer une ID Luxe d'une ID Confort, par le numéro de coque.

Jusqu'en Avril 61: le numéro de coque d'une ID Luxe berline commence par IZ, celui d'une ID confort par IZC (pour les premières, le C étant manifestement rajouté: ici la plaque d'une des toutes premières ID confort. Très rapidement ensuite, sans doute au millésime 58, les ID confort deviennent en IC-Z)

Et voici donc la plaque IZ des premières ID Luxe.

J'ajoute cette seconde photo pour illustrer sur la plaque de châssis que le terme "ID19P" s'applique aussi bien aux berlines "Luxe" qu'aux "Confort". La "Normale", elle, a une plaque de châssis ID19 "tout court". On lit souvent à tort que le "P" est pour "Confort"...

Après I-Z, une fois arrivé à IZ-9999, la numérotation de la coque ID Luxe passe à IY-00001 etc. (côté ID Confort on passe de IC-Z à IC-Y, puis IC-X, IC-W etc)

Après Avril 61 : le numéro de coque d'une ID Luxe commence par 19, et celui d'une ID confort par 119.

Pour un break,

la logique voudrait que IF-Z soit le numéro de coque d'un break luxe (en photo la plaque du break de Gérard), mais ce n'est pas le cas: en fait, tous les breaks, Confort ou Luxe, ont une une coque numérotée en "IF-Z" au millésime 60. Et au millésime 61, les coques des breaks deviennent en 0022 xxx...

 

Florilège d'ID Luxe: les exemplaires survivants

Et, après ces quelques explications théoriques, place aux images, avec cette collection d'ID Luxe du monde entier: 27 voitures en images.