La DSpécial, parce qu'elle le vaut bien, par le Docteur Danche

La DSpécial est, au sein de la famille des modèles "D", le mouton noir, le mal aimé, celui à qui l'on ne parle pas à la récré.
Aussi, pour inverser les pyramides, pour projeter à la face du monde son côté rebelle, justicier, Robin des Bois, le Docteur Danche a décidé de consacrer un dossier complet à la DSpécial, dossier que voici.


D'abord, le nom.
"Spécial" , en langage Citroën des années 70-80, ça signifie "prolo", le mot "club" désignant les classes moyennes (celles qui payent les impôts), et le terme "Pallas" s'employant en synonyme de "nabab".
La 2cv6 spécial, la GSpécial, la GSA Spécial, la DSpécial... sont autant de "bas de gamme" (qui seraient appelés de nos jours plus subtilement "entrée de gamme"), ce sont des modèles privilégiant le plastique au chrome, le skaï au cuir, le panier de la ménagère à la flambe au casino.

D'ailleurs ce n'est pas un hasard si DSpécial rime avec "social", tandis que Pallas rime avec "plein aux as".


Un peu d'histoire.
La DSpécial apparait au millésime 70 (Septembre 69). Elle remplace l'ID19 (luxe et confort), tandis qu'au même moment, la DSuper remplace l'ID20.

Si on veut être vraiment puriste, la Dspécial remplace même en fait non pas l'ID Luxe, mais l'ID "Export" modèle 1969, présentée ici.

Sur la carte grise, et ce jusqu'au millésime 71 compris, la DSpécial restera qualifiée d'"ID19B", "DSpécial" n'étant, au début en tout cas, qu'un nom commercial. Au millésime 72, la mention spécifique "DS série FC" apparait; puis, en 73, ce sera la même mention que les DSuper, à savoir "DS série FD".


Ensuite le style.
Le style de la DSpécial, ce n'est pas champagne millésimé, Negresco et Riviera, c'est pastis 51, camping municipal et Pays de la Loire;
ce qui explique que si peu de ces modèles aient survécu.
Eh oui, dans le cas du grand-père qui avait une 67 Pallas, on la laisse dans son garage quand il meurt en se disant que ça a de la valeur. Dans le cas du grand-père qui avait une DSpécial, on la fourgue au plus vite parce qu'on a honte et que ça fera de la place.
Résultat: vous serez bien en peine de trouver aujourd'hui une DSpécial avec 40000km d'origine, ou un garagiste qui ne vous rira pas au nez quand vous lui direz que vous restaurez ce modèle.


Quelques points sur la grammaire et la prononciation du mot "DSpécial":
- On met une majuscule au S et on prononce "déspécial"
(et non pas "dé -esse- pécial", qui est la manière de prononcer le mot en Espagne).
- On dit en Français une DSpécial, des DSpécials, même si le mot est féminin: "Ces DSpécials etaient rouillées jusqu'à la garde".
- mais en Anglais, le mot est invariable, se prononce disspécheul et ne prend pas d'accent: "My two DSpecial are rich"


Pour terminer, le point crucial, la couleur.
La DSpécial a un côté "joujou" très affirmé: du plastique partout, des performances de voiture à pédale, le tout provoquant une franche rigolade quand on arrive à son bord dans un rassemblement de voitures de collection.
La couleur ultime de la DSpécial doit rendre cette atmosphère de jouet en plastique et trancher nettement avec le blanc meije du toit. Cette couleur idéale, tous les amateurs le savent, c'est le bleu lagune AC 639.

Et, pour vous, j'ai réussi, après des recherches pharaoniques (ne me remerciez pas), à localiser une DSpécial de cette couleur exacte. J'ai le plaisir de vous la présenter ci-dessous.

Parce qu'elle le vaut bien.

 
Commentaire

Notre exemplaire semble en triste état; il est surpris ici dans un garage semi-abandonné qui sera "l'écrin de sa rédemption", dixit celui qui m'envoie la photo.


Apparemment le véhicule et son propriétaire (on n'ose dire conducteur) semblent bretons: noter le "Ouest France" pour éponger le LHM.

Noter aussi les pneus à clous. On a vraiment l'impression que tout ce qui pouvait être bon à quelque chose a été retiré.

impression fausse, on va le voir.

A quoi reconnait-on une DSpécial?
A son logo, bien sûr, même si beacoup l'ont retiré pour pouvoir circuler incognito.

Le logo à gauche est valable pour les années 73-75.

Une autre version existe pour les millésimes 70-72, ci dessous:


Une vue d'ensemble de notre nouvelle amie nous permet de détailler certaines des caractéristiques des DSpécials:

- toit non peint, teinté en blanc meije (blanc cygne pour l'AM 70)

- trompes de clignotants sombres, comme sur les ID 19 de 1960-1969

- panneau de custode gaufré, à fines stries (qu'on voit mal sur la photo).


(On rappelle que les deux autres descendantes de l'ID (DSuper et DSuper5) ont, elles, sur ces points, des caractéristiques de DS: un toit de la couleur de la caisse, des trompes de clignotant chromées, et des panneaux de custode à grosses stries)

Un petit zoom sur le panneau de custode pour éclaircir le point concernant les stries. Si ça ne vous suffit pas, je vous renvoie à cet autre zoom.

 

L'entourage de toit est alu sur DSpécial (inox sur les autres modèles D)

Une autre vue d'ensemble de la bête nous montre ses petits enjoliveurs de roue.

 

Ce point n'est pas très discriminant au sein de la famille ID, puisque les DSuper et DSuper5 ont, elles aussi, ces petits enjoliveurs.

A l'intérieur, la DSpécial se veut austère, spartiate, opératoire. Par conséquent, pas de montre* au tableau de bord, elle est remplacée par un gros cache carré.



On notera au passage la présence d'une capsule de bière dans l'espace où l'on trouve habituellement un autoradio sur les DS...



*Il était toutefois possible, pour les acheteurs de DSpécial de la "haute", d'acheter, en accessoire, cette montre.

Magnifique objet plastique que cette poignée de porte.

La DSpécial l'a sur toute sa période d'existence (70-75).


La DSuper ne l'a, elle, que sur la période 70-72.
(Pour la période 73-75, DSuper et DSuper5 ont des poignées chromées comme sur les DS)

Quant à la manivelle de lève glace, on est vraiment tout, tout proche de l'objet Kinder Surprise.

La DSpécial l'a sur toute sa période d'existence (70-75).


La DSuper ne l'a, elle, que sur la période 70-72.
(Pour la période 73-75, DSuper et DSuper5 ont des manivelles chromées comme sur les DS)







Autrement dit, pour ces deux objets, sur la période 73-75, la DSpécial est la seule ID à être restée dans l'ère du "plastique c'est fantastique".

L'intérieur d'une DSpécial est en série en skaï, appelé "targa" par Citroën.

(en 75, on pouvait avoir du tissu, mais en option, alors tant qu'à faire, autant prendre une DSuper..)

Voici ici, un bel exemple de targa noir du plus bel effet.

A noter que les panneaux de portes, qui sont assortis au skaï (ils sont moulés dans une ignoble matière plastique), ont deux dessins successifs: 70-71, puis 72-75.

A gauche, la version 72-75.
Ci-dessous, la version 70-71: un vulgaire parallélépipède de section carrée.


...et les panneaux en tissu (je rappelle que le tissu est en option pour la DSpécial au seul millésime 75) sont du modèle standard des DSuper.

Le tapis de sol avant est en caoutchouc;

 

le tapis arrière est dans le même matériau que les garnitures de longeron (sur Dsuper ils sont en moquette rase)

 

La DSpécial 1972, en standard, n'a pas la direction assistée.

Si elle n'a pas l'option DA, elle n'a pas le volant mousse présent sur les autres modèles: elle garde un volant à fil, de diamètre plus large.

Ci-contre une DSpécial de Mars 72 sans l'option DA.

Sur la période 73-75 je pense qu'il n'y a pas de DSpécial sans DA: en 73 la DSpécial obtient un DY3, et on ne peut y brancher une pompe mono piston.

Pour mémoire, la motorisation de la DSpécial est:
- de septembre 1969 à août 1971 : DV2
- de septembre 1971 à juillet 1972 : DV3 (carburateur simple corps)
- d'octobre 1972 à avril 1975 : DY3 (carburateur double corps)

 
La DSpécial, en standard, n'a pas les phares qui tournent.

La malle de la DSpécial présente une tôle nue, dépourvue de toute moquette.

NB: la bassine assortie n'était pas de série.

La DSpécial n'a pas d'éclairage dans sa boite à gants, et arbore, à cet emplacement, un cache plastique un peu tristounet.

Mais enfin, me direz-vous, pourquoi donc n'y a t il pas d'éclairage dans la boite à gants de la DSpécial?

Eh bien je vous réponds que c'est une question mal posée, car en réalité, la DSpécial n'a pas de "boite à gants", les gants étant le reflet d'un certain niveau social.


Il s'agit en fait d'une boite à sandwich, et il est donc bien évident qu'il n'y a nul besoin de l'éclairer.

La DSpécial n'a jamais de feux de recul (alors que sur tous les autres modèles D, ils sont installés en standard pendant toute la période 72-75).





On s'épargnera la remarque assassine sur la localisation du pot d'échappement de cet exemplaire.

Après toutes ces descriptions, vous vous dites peut-être qu'elle est un peu "cheap", la DSpécial.


Certes, certes, mais dans sa communication publicitaire, elle n'insistait de toute façon pas trop sur son niveau d'équipement.

En un mot, la DSpécial est la seule véritable descendante de l'ID. Elle arbore donc fièrement un chevron argenté (comme les IDs), par opposition aux chevrons dorés de DS.


Les DSuper et Dsuper5 ont elles aussi ce chevron argenté, mais elles usurpent le droit de le porter, s'étant déguisées en DS pour bien d'autres aspects.




Conclusion:

Chers lecteurs, réhabilitons la DSpécial, une voiture authentique, qui a marqué à sa façon son époque, qui se dit ID et fière de l'être, sans artifice, sans secret honteux à cacher.

Oui, mes amis, à l'image de la "Pallassisation", "Spécialisons" nos DS, pour en faire des DSpécial: retirons les chromes, les cuirs et la prétention et revenons à nos vraies valeurs.

Vive le skaï, vive la France.


Dr Danche.

 

 

Post scriptum:

On m'a un jour fait passer cette photo de 1975, montrant les stocks de DS qui ne se vendaient plus avec l'arrivée de la CX. Désormais votre oeil est aguerri, vous regardez les cornets de clignotants: c'est un nid de DSpécials.