Le millésime des DS et ID de Forest, par le Docteur Danche

Un jour pluvieux de Mars 2007, Patrick D., sympathique amateur de DS de la région Sud-Ouest, me fit passer des photos de sa dernière acquisition

Patrick me consultait en fait dans son mail sur la couleur de ce véhicule, en me précisant que c'était une ID fabriquée à Forest.

Exercice intéressant, ma foi, car il existe des couleurs spécifiques belges. M'apprêtant à plonger dans le dossier, je demandai donc à Patrick le numéro de chassis.

Le type "ID19C", assez exotique, était utilisé par les usines belges de Forest.

En consultant quelques bibles de ma bibliothèque, je cherchai 811 1087, et je trouvai que le numéro était celui d'une ID à Direction Assistée de l'année modèle 1962.

Pour moi, ça sentait à plein nez l'auto trafiquée, car le nez de l'auto avait les butoirs de l'année modèle 1963; or chacun sait que les units avant de 62 et 63 ne sont pas aisément interchangeables. Je soupçonnais alors fortement un remontage de plaque de chassis sur une autre voiture souhaitant retrouver de nouveaux papiers.

Ceci dit, mon intuition m'ayant souvent trahi, je me décidai à consulter formellement le professeur Petriman.

Quelques jours plus tard, le rendez-vous avait été convenu à la Rhumerie, un estaminet martiniquais vers St Germain des Prés où l'éminent professeur avait ses habitudes.

En entrant, je fus accueilli par une voix éraillée et incertaine qui émergeait du comptoir.

"Danche, je vous attendais avec impatience! Comment vont les affaires?"

Un peu gêné d'être ainsi interpellé, et sous les regards interrogatifs de la clientèle du lieu, je balbutiais quelques mots sur les ID de Forest.

Pétriman reprit:
"ah oui oui...Forest..ils sont forts, ces belges, n'est ce pas...on peut dire qu'entre les DS et Tintin, ils nous en remontrent, hein....ah...quel personnage, hein, ce capitaine Haddock....et le "Loch Lomond", quelle trouvaille, quand même......Mais ici, nous ne sommes pas vraiment dans le royaume du single malt... un ti'punch serait plus approprié, n'est ce pas?"

J'allongeai l'oseille, je connaissais le tarif pour le faire parler.

Au premier verre, Pétriman me parlait du capitaine Haddock et de la pilosité des Dupond-Dupont; au second, j'eus droit à l'évocation de son service militaire dans les chasseurs alpins; au troisième, mon voyage autour du monde continuait, si je me souviens bien, par des considérations définitives sur l'origine de la couleur bleue de la langue des chow-chows, ces chiens chinois.

Pétriman m'épuisait, il me faisait l'effet d'une ballerine ivre et barbue, changeant de sujet par des entrechats.

Au quatrième verre, enfin, j'arrivai à remettre le volubile professeur sur les rails, et j'exhibai les photos de l'ID19 de Patrick.

"Cette auto dont vous me montrez les photos est conforme, Danche, c'est moi qui vous le dis, et c'est une 62".

"Mais enfin Professeur, expliquez vous!".

"C'est tout bête, Danche, et d'ailleurs j'aurais pu vous le dire en deux mots au téléphone, mais on est quand mieux ici pour discuter, non", me répondit-il en jetant un coup d'oeil circulaire qui termina sur son verre vide.

A contre coeur, je fis un nouveau signe au serveur. Au tarif de St Germain des prés, j'allais finir par en avoir pour un XAS.

"Eh bien, Danche, vous le savez, les millésimes en France vont de Septembre à Septembre; par contre, en Belgique, ils vont de Janvier à Janvier. Ce qui fait que, pour les numéros de chassis belges de l'année modèle belge 62, vous allez avoir des voitures qui correspondent à des années modèle 62 ou 63 en France.

Votre auto, là, elle doit être entre Septembre 62 et Décembre 62".

C'était tout bête, je m'en voulais de ne pas y avoir pensé.
Quand la note arriva, je me jurai de plus réfléchir la prochaine fois avant de solliciter le doyen.

Le soir même, après avoir mis Pétriman dans un taxi en donnant son adresse, je renvoyai la précieuse info à Patrick, et nous convinmes que la teinte était probablement gris anthracite (donc pas spécifique Belge).
Je reçus alors deux autres photos, qui concluront ce dossier: tout d'abord, une vue de l'intérieur de l'auto, avec la spécificité de fabrication belge: la boite à gants est peinte en noir.
Et enfin, derrière le panneau de porte en tissu chamois, l'insciption manuscrite "DA" attestant de l'option direction assistée d'origine de cette remarquable auto, que j'avais au départ cru trafiquée, honte sur ma filiation sur deux générations.

Et le 87 précise même que ce fut la 87ème ainsi équipée (CF le numéro de chassis qui est 8111087, et les numéros des directions assistées commencent à 8111000)

Le 12 reste encore mystérieux pour moi, mais à 200 euros la séance, je me suis résolu à coupler cette dernière enigme à une question ultérieure à poser au professeur Pétriman.
 
Post scriptum: sur le site Hd19, j'ai trouvé il y a peu des photos du salon de Reims 2010.
Et de nouveau, c'est donc bien là une "deuxième nez", d'année modèle 62... mais cette fois, sans direction assistée (dont les numéros commencent à 811 1000 d'après divers ouvrages deréférence).