Un mois, un garage, par le CESCQUAL

Le garage des taxis Citroën 20-22 rue Barrault (Paris 13ème)

Vous aviez sans doute lu sur cette autre page du site l'étonnante histoire de la petite Russie, avec des pavillons construits en haut d'un garage Citroën situé à Paris, 20/22 rue Barrault, et construit pour M Peyrabout.

 

Mon article sur le sujet datait de Juillet 2015.

En 2017, premier coup de théâtre.

Une internaute, Isabelle, m'écrit ceci:

"Monsieur,

C’est avec un grand plaisir que j’ai lu votre article sur Monsieur Pierre Peyrabout (né le 31 aout 1886). Je vous remercie de la copie des éléments que vous avez été chercher aux archives, et de l’explication de la construction des maisons sur le toit du garage, qui est très intéressante.

Pour ma part je travaille essentiellement sur internet je vais donc compléter quelques uns de vos éléments.

A l’origine M Peyrabout est maçon puis il va devenir constructeur, et garagiste. Il a habité Arcueil Cachan et y a construit 90 pavillons. Je pense que Monsieur Kaganovitch est bien l’architecte d’origine car la source est la cité du patrimoine et de plus la conception du garage a été réalisée sous le procédé Hennibique principe de béton armé particulier (marque déposé par Monsieur Hennebique).

Selon le bulletin municipal officiel de la Ville de paris, il est déposé une demande d’autorisation d’installation d’un garage de voitures automobiles alimentées par des liquides inflammable. Le garage contiendra 400 voitures et un dépôt de 6 000 litre de liquides inflammables en réservoir souterrain.

Ledit garage est inauguré le 29 mai 1927. A priori un chiffre a été gonflé ou bien a été diminué car on passe de 400 voitures à 1 000 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En Février 1928 il est conclu un bail de location avec la ville de Paris pour le remisage de 30 autocars.

A partir de mai 1928 Monsieur Peyrabout publie des annonces afin de vendre le garage, l’hôtel restaurant et les logements.

Le 20 janvier 1929 il publie une annonce pour signaler la disparition d’un des chauffeurs, Monsieur Marcel Salagnac, 28 ans.

A partir de 1929 les annonces de mise en faillite sont publiées et Monsieur Peyrabout y est désigné comme loueur de Taxi."

 

Intrigué, j'en demande plus à Isabelle au long de 2017.

Architecte de formation, elle habite en fait dans une des 90 villas construites par Peyrabout à Cachan et fait à ce titre des recherches pour en savoir plus sur ce Monsieur.

Elle a même établi peu à peu tout son CV, qu'elle me transmet:

Note chronologique synthétique de Monsieur Pierre Peyrabout
1886 Naissance le 31 Aout à Moissannes Haute Vienne
1888 (15 juillet) naissance Margueritte Serré, père cultivateur, les bordes canton de Villeneuve sur Yonne
1911 (16 nov.) mariage Peyrabout Serré mairie du 7ème arrondissement
Date inconnue domicilié 55 rue Vaugirard dans le 15ème
1914 domicilié 8 rue du midi à Arcueil
1920 adresse de référence rue de la grange Ory à Arcueil (dans la partie qui deviendra Cachan en 1922) pour vente pav
1922 il vend  2 pav 1 maison de rapport avec pav libre bon rapport 6 locataires 2 usines plusieurs lots de terrains s’adresser 8 rue du midi à Arcueil
1923 vend 8 pav Cachan
1923 (19 décembre) Plan d’implantation de 5 groupes de pavillon rue de la grange Ory
1924 prix Peyrabout vélo club Arcueil Cachan
1924 (23 juillet) demande autorisation de construire 50 pavillons rue de la grange Ory et 6 pavillons même rue
1924 (21 novembre) courrier demande autorisation de construire  36 pavillons rue de la gare dans dossier Mairie
1925 vend pav cachan
1925 challenge Peyrabout Vélo
1925 construction garage 22 rue Barrault ?
1926 (21 mars) 2 achat terrain contigu 22 rue Barrault
1926 (24 mars) demande autorisation installer garage et dépôt d’essence
1926 (25 mars) autorisation de construire 1 étage  4 rue Paul Gervais
1926 (22 juillet) autorisation de construire un hôtel meuble 5 étages
1926 (16 aout) dossier déposé en mairie (registre mairie) avec courrier de 1924 ?
1927 (27 avril) cartel de gauche Arcueil Cachan Peyrabout est au parti Radical
1927 proposition pour bail hôtel café restaurant, le 25 octobre gérance d’un vins liqueurs
1927 vend 6 pav
1928 proposition vente garage  et 19 pav loués 20 22 rue Barrault (la petite Russie)
1929 19 janvier ou 15 janvier jugement de faillite adresse 22 rue Barrault
1929 15 avril jugement de séparation de biens Pierre Peyrabout Adèle Serré adresse 22 rue Barrault avoué Legrand
1929 (7 juillet) homologation du concordat
1931 (5 aout) Peyrabout vend à Hatté hôtel+ bureaux et café restaurant 20 22 rue Barrault


1932 (21 octobre) jugement de faillite domicilié 58 rue des Grands Champs Paris avoué Bellenger
1932 (26 nov) jugement faillite
1932 (28 nov)résolution concordat
1964 (26 sept) décès à l’âge de 78 ans à Baugé Maine et Loire
1968 (7 mai) décès à Paris 12ème de Marguerite Serré

 

Et second coup de théâtre en Août 2018: Isabelle m'écrit à nouveau, elle a pu avoir un accès au fonds notarié du notaire de Peyrabout, et elle a trouvé le bail le liant à la S.A. André Citroën!

Incroyable découverte!!

Et ce bail, le voici.

 

Au fil du document, passionnant, on apprend que:

- le signataire pour Citroën est Mathieu Fontana, officier de la légion d'honneur, directeur administratif de la S.A. André Citroën.
(ND DrD: Fontana était un authentique colonel de l'armée, d'origine corse; j'aurais bien aimé assister à la négociation avec Peyrabout)
- le notaire de Citroën est Pierre Delapalme, à Paris; ce sont dans ses minutes que la délégation de pouvoirs à Fontana a été enregistrée, le 17 Octobre 1924, sous le numéro 66089. Une consultation de ce fonds notarié serait probablement fascinante pour un Citroëniste. Pour mémoire, si vous avez du temps, les minutes des notaires de Paris sont publiques quand les documents ont plus de 75 ans...
https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_043452


- il existe au dessus du garage dix-neufs pavillons sur le toit qui NE SONT PAS inclus dans le bail avec Citroën, on y accède par l'immeuble du 22, qui est un hôtel appartenant au bailleur.

Ce chiffre de 19 m'a surpris par rapport à ce que j'observais dans Google.
https://goo.gl/maps/5HJ2o1Y6S7L2

Mais Guess, visiteur assidu de nuancierds, m'a apporté l'explication mathématique de ce décompte.
Il y a 9 pavillons sur le toit, avec chacun une terrasse de chaque côté: ce sont donc en fait 9 demi pavillons.
Et il y en a encore un tout seul isolé. Total 9*2+1 = 19. Le compte est bon, Bénédicte.




- une fosse à essence est commencée au sous sol, elle sera achevée par Citroën si bon lui semble

- Peyrabout a contracté divers abonnements, il a équipé le garage de pendules et sonneries électriques fournies par la Société de Distribution Electrique de l'Heure Officielle, de lignes téléphoniques fournie par "le Téléphone privé national" (TEPRINA), d'extincteurs en provenance du "Secours Immédiat contre l'Incendie" (SICLI), et des pompes à essence de la "Société générale des Huiles de Pétrole" (SGHP, qui deviendra BP France). Citroën prendra la suite de ces abonnements.


- le premier étage du garage est actuellement loué à la socité Neyret (une fonderie d'après Google), domiciliée 17 rue d'Uzès, qui a entamé un bail d'un an en Février 1928. Le concierge de cette société loge dans l'un des 19 pavillons moyennant 3500F par an.

- le premier sous-sol est loué à la préfecture de la Seine, pour trois ans à compter de Février 1928. On sait par ailleurs que c'est pour y remiser 30 autocars.

- C'est Citroën, par subrogation, qui devra désormais percevoir, à la place de Peyrabout, les loyers de Neyret et de la préfecture de la Seine

- le loyer complet du garage est fixé à 450 000F par an, pour un bail de 12 (douze) ans.

- une délibération du conseil d'administration de Citroën a eu lieu le 28 Avril 1928, elle est jointe au bail et mandate expressément Fontana pour trouver au plus vite un lieu d'accueil pour 2000 taxis Citroën, sur Paris ou en proche banlieue. En fait ce conseil d'administration entérine les choses, car Fontana n'a pu commencer les recherches le 28 Avril et signer avec Peyrabout le 4 Mai...


Ce qui confirme donc à 100% ce que nous avions pu reconstituer!

Jamais ce garage n'a été construit POUR Citroën: il a été construit par un entrepreneur privé, qui l'a loué en partie avant d'être approché par le colonelFontana qui cherchait où mettre ses taxis Citroën!

Ici trois photos d'un de ces dépôts, peut-être Levallois.