Un mois, un garage, par le CESCQUAL

Le garage Citroën Anotin, à Epinal

C'était quand même quelque chose, le réseau Citroën avant-guerre.
Le moindre bâtiment vous avait une ces gueules!

Ici en photo, c'est une photo du garage Anotin, à Epinal, qui avait été jusqu'à scrupuleusement respecter sur sa vitrine la charte graphique de la maison mère pour les voitures d'occasion...

Et ce garage est toujours en activité; le voici, 25 rue du marechal Lyautey, à Epinal, dans Google Street.

Par contre, Anotin fils a suivi le sens de l'histoire et deux coréens ont remplacé dans les vitrines le cygne et son motteur flottant, que l'on distingue aussi sur la photo N&B.


Cet avant/après est assez symbolique, vous ne trouvez pas?

L'avis de Jérome (de la rue Monsieur le Prince)

Ça devient une habitude, celui-ci trouve naturellement sa place dans le dossier : "comment enlaidir un bâtiment". Ces modifications ne sont pas dramatiques et semblent en tout cas réversibles, enfin je l'espère. Signalétique immonde, hauteur des baies vitrées très diminuée pour un bel effet de lourdeur, piliers doublés, balcon central à l'étage supprimé, bref, pourquoi conserver tout ce qui fait l'élégance, l'équilibre et la légèreté d'une façade ? Je me demande même si nous ne devons pas cet habillage à Citroën années 80-90 avec le bardage en tôle qu'on a pu voir souvent... ? Il faudrait avoir une vue de ce garage à cette époque pour l'affirmer ! Quoiqu'il en soit nous sommes dans le plus pur style contemporain ... dans le plus pur Gangnam style ! Mon avis : on le garde !

Oppa a le Gangnam style, Gangnam style Oppa a le Gangnam style, Gangnam style Oppa a le Gangnam style... (il fallait le placer pour les statistiques du site).

 

L'avis de Régis (architecte débridé)

Voici à nouveau un garage Citroën assez traditionnel de la fin des années 20: grande entrée monumentale avec tout un travail de piliers avec des ressauts et en biais, le grand linteau en haut avec des modillons; un rez-de-chaussée avec des belles proportions et des menuiseries bien dessinées...

Et bien-sûr que reste-t-il!? La partie commerciale est massacrée, comme d'habitude: habillage en bac-acier, pour faire comme les pitoyables garages de zones commerciales, les menuiseries avec proportions inverses au bons codes de l'architecture, c'est à dire plus larges que hautes; des couleurs immondes, mais après tout, c'est pour vendre des voitures toutes aussi immondes.... Reste un étage assez indemne, en dehors des nouvelles menuiseries en PVC, et surtout de la disparition du balcon! Le grand débord de toiture qui était sûrement lumineux à l'époque a juste été peint! Ouf! Et à mon avis, tout est encore là au niveau structure sous le bardage.... et la porte d'entrée à droite (voir le lien streetview) est toujours intacte et en place, donc on a le modèle de menuiserie). L'intégralité des ateliers couverts en shed sont encore là aussi... Alors!? Alors.... et bien je garde sans hésitation, car c'est assez réversible; j'ai bien vu pire dans mon métier comme retour à un état premier... Et comme punition à ces jaunes et leurs voitures pourries, ils payeront la restitution du balcon!!!! Oui, tout à fait...!!!

 

L'avis d'Ivan (jamais contre un petit jaune)

Et bien moi je trinque à la France qui trinque!
De toute façon depuis 1981 plus rien n'est comme avant.

 

L'avis du Docteur Danche (dont la fille fait du chinois en LV2)

A la vôtre Ivan. C'est vrai qu'il y a de quoi se faire du sushi tout de même...

 

Verdict du Cescqual: que faut-il faire de ce bâtiment?

Bordel, on le garde et on finance la remise en conformité par une nouvelle taxe sur le riz.