La DS19 1956 de la banque de Paris et des Pays-Bas

Nous sommes en 1955, et la BPPB, la Banque de Paris et des Pays-Bas, 3 rue d'Antin dans le deuxième arrondissement de Paris, a commandé l'une des toutes premières DS (la numéro 359) pour sa flotte d'entreprise.

La voiture est noire, toit turquoise, panneaux de custodes lisses turquoise, intérieur gris.

Elle est immatriculée pour la première fois le 9 Février 56, avec la plaque 9799 ER 75.

On se rappelle que la toute première DS immatriculée le 6 Décembre 55 portait le numéro 1 ER 75.

A cette époque dans la Seine, on changeait donc de lettre environ tous les deux mois: le 1 ES 75 a du être atteint le 10 ou 11 Février.

Un petit aparté: aujourd'hui cette fameuse banque d'affaires, renommée Paribas en 1982, privatisée en 1986, a fusionné en 2000 avec la BNP.

Son siège opérationnel est aujourd'hui toujours au même endroit que l'adresse mentionnée dans l'immatriculation de la DS: l'hôtel de Mondragon, 3 rue d'Antin, dans le deuxième arrondissement, qui fut jadis le lieu du mariage de Napoleon 1er.

 

A noter que, curieusement, le spot TV de privatisation, en 1986, avec cette inoubliable porte magnifique qui s'ouvre aux nouveaux actionnaires, montre bien en façade le numéro 3.

Mais ce n'est pas l'entrée de l'hôtel de Mondragon, c'est un autre endroit que je n'ai pas su localiser.

 

 

 

En Juillet 58, on se rend à l'évidence autour de la corbeille: cette DS n'est pas fiabilisée, il faut vite la refourguer.

 

Un garagiste ardennais, Jean Thomassin, se présente et se fait pigeonner: la DS circulera désormais en plaques 552 CA 08.

Pour l'anecdote, Jean Thomassin est aussi revenu de Paris avec une autre voiture, une 203 à toit ouvrant. Celle-ci, au mois, en 553 CA 08, on est sûr qu'elle fonctionnera.

 

 

Thomassin ramène l'engin futuriste à son garage, à Signy l'abbaye: l'endroit a pu être retrouvé, mais inutile d'espérer y consulter des archives.

 

 

 

Il est temps pour Thomassin de trouver un client local pour cette DS 1956.

Les Ardennes, ce n'est pas un coin très riche, les clients pour une DS presque neuve ne se bousculeront pas. Mais quand on se rapproche de la Champagne, ça va mieux.

Georges Quaneaux, boulanger à Epernay, devient en Février 59 l'heureux possesseur de cette DS, et l'immatricule dans son département, la Marne: 942 EU 51

 

 

 

Cette boulangerie, assez chic, toujours présente 3 rue Saint Thibault, au centre d'Epernay n'a pas souhaité répondre quoi que ce soit aux sollicitations via Facebook sur le sujet de cette DS, de M Quaneaux ou de ses descendants!

 

Mais revenons dans les années 50. Très vite notre ami le boulanger se rend à l'évidence: cette DS n'est pas fiabilisée.

Il la rend vite à Thomassin en Août 61, qui la ré-immatricule donc dans les Ardennes, cette fois en 365 CZ 08

 

Thommassin, pas découragé, revend en Octobre 1961 la voiture à Marc Pirard, carrossier dans les Ardennes, à Auvillers les Forges.

C'est vers cette période que la DS est repeinte en vert mélèze, une couleur du moment, avec un toit noir.

A noter que ce M Pirard habite dans un lieu dit qui s'appelle "Mon Idée": et non, ce n'est pas un gag.

L'endroit étant dans le même département que précédemment, la DS, désormais propriété de M Pirard, reste en 365 CZ 08.

 

 

Quelques photos de la famille Pirard ont pu être retrouvées: la fille de Marc Pirard, Armelle, a offert ces jolies photos de la période 65-67.

Ici on voit bien la DS.

D'origine noire, toit turquoise, elle est devenue verte avec un toit noir.

Ses panneaux et custodes, qui étaient lisses, le sont restés, mais ne sont plus turquoise: ils ont suivi le toit.

 

La DS rencontre une panne hydraulique en 1967, et elle est alors arrêtée, puis redonnée à Thomassin, qui ne change pas la carte grise.

Les années passent, et c'est là, dans les réserves de Thomassin, que Johan N, le président du club DS hollandais va la redécouvrir et l'acheter le 15-1-1988.

 

 

 

 

A l'époque, avec son numéro de série 359 et cette date de première immatriculation en Février 56, c'est la plus vieille (de oudste) DS survivante recensée. Johan produit une publication dans le magazine du club.

Mais restaurer une DS aussi ancienne n'est pas à la portée de tout le monde.

La DS, toujours non roulante, passe ainsi de mains en mains au sein du club hollandais, échangée même à un moment contre une Harley Davidson.

Elle quitte ensuite le giron hollandais pour rejoindre la collection d'un français qui travaille en Hollande, Dominique T, fan absolu des premiers modèles.

Celui-ci trouve quelques pièces manquantes, et la stocke en Allemagne, mais elle ne roule toujours pas.

C'est alors qu'arrive le bout du tunnel: Dominique T trouve une DS encore plus ancienne (la 191, sans commande de hauteur), et revend la 359 à Emanuele, garagiste Citroën à Verone en Italie, qui se fixe alors pour ambition de la remettre sur la route pour les cinquante ans de la DS, en 2005.

On est en 2002.

Et au final c'est en ... 2020, aux cent ans de Citroën, que le monde de la collection Citroën va rester ébahi devant le travail de titan accompli par Emanuele: 18 ans de restauration pour arriver à un résultat absolument parfait.

 

La voiture a toujours son intérieur gris d'origine, et Emanuele a choisi de la restaurer en vert printemps AC505, ce qui synthétise, au fond, à la fois son histoire en noir, son histoire en vert, et sa personnalité de toute première DS.

On voit aussi qu'Emanuele lui a laissé ses panneaux de custode lisses.

 

 

Précisons que la combinaison vert printemps/tissu gris est bien référencée sur 56, même si les tout premiers documents officiels du millésime donnent uniquement la possibilité de tissu vert jade pour accompagner le vert printemps.

C'est la combinaison P3-1 !

 

Les plus insolents parmi vous auront relevé que la combinaison d'origine choisie par la Banque de Paris et des Pays-Bas (noir, toit turquoise, tissu gris) ne figure pas dans ces tables....

Ce choix du Vert Printemps est assez génial: c'est une couleur qui rend tellement joyeux!

Regardez-moi ce sourire du Dr Danche, sorti en urgence de sa PVFM pour admirer la bête!

 

 

Et voici la DS de retour au garage familial à Vérone.

 

 

 

 

A l'arrière on remarque une plaque un peu incongrue: "DS PALLAS";

C'est en fait la plaque "essai" du garage, c'est la seule plaque que l'on peut personnaliser en Italie.

 

 

Lien vers la partie 2:

restauration et détails de cette DS