Les premières Citroën DS19 en Mayenne

A Laval, le concessionnaire Citroën local, Louis Brilhault, était installé dans ces locaux rue de Bretagne, dont je ne sais pas localiser l'emplacement de nos jours.

[Archives de la Mayenne, cliché Louis Brilhault, 32 Fi]

Et ce Louis Brilhault a providentiellement légué toutes ses archives iconographiques à la ville.

C'est un fonds considérable (8000 photos, 60 films), magnifique, montrant -en couleurs s'il vous plait- les divers événements de son garage et de la vie locale dans les années 60 et 70.

https://archives.lamayenne.fr/archives-en-ligne/ead-fragment.xsp?id=FRAD053_FI_EF&c=FRAD053_FI_EF_de-32&ishtml=true

Ce fonds n'est pas numérisé, pas consultable, et au final pas très évident d'accès pour le moment.

Cependant, le Docteur Danche a pu se procurer quelques éléments ci-dessous, pour un petit dossier sur les premières DS en Mayenne.

 

A tout seigneur tout honneur, voici la première DS commercialisée en Mayenne, millésime 56, surprise ici dans les locaux du garage Brilhault.

Elle a été immatriculée en Décembre 55, 19 AV 53, et porte le numéro de série 45.

[Archives de la Mayenne, cliché Louis Brilhault, 32 Fi]

 

Elle a été vendue neuve à Michel Besnier, qui, fin 55, reprenait tout juste la laiterie familiale suite à la mort de son père; il allait ensuite la transformer en un véritable empire renommé Lactalis dans les années 90.

Nb: ce document n'est pas complètement clair (la rue du Moulin ne semble d'ailleurs pas exister à Laval), mais il semble que la voiture ait été revendue en Mars 1957. La famille Besnier ne se souvient sans doute même pas de cette voiture historique...

[Archives de la Mayenne, 2047 W 32]

 

 

En tout cas ça semble tout à fait logique que Brilhault ait réservé sa première DS à un tel client, véritable notable local, et dont la laiterie était déjà Citroëniste du temps de son père!

Pour preuve, cette photo de la flotte de camions en 1951!

 

La photo de la DS ci-dessus a circulé un temps sur Facebook.

Et les commentaires se sont succédé, et notamment l'affirmation qu'elle était une exception monochrome au Danchotron 1956.

 

Car cette configuration gris rosé toit gris rosé, n'existe en effet pas dans les tables 1956.

Les plus affûtés renvoyaient même à cette photo presse prise en Hollande et montrant une DS, qualifiée de monochrome dans un des ouvrages écrits de référence sur la DS.

 

oui mais...

en direct de Laval, l'angle de vue pivote lentement...

[Archives de la Mayenne, cliché Louis Brilhault, 32 Fi]

... puis complètement, et la vérité se fait jour: la DS numéro 45 est en fait en configuration avec un toit bleu turquoise et des panneaux lisses assortis.

[Archives de la Mayenne, cliché Louis Brilhault, 32 Fi]

 

C'est donc juste un contre jour qui donnait l'illusion d'une DS monochrome (et c'est sans doute la même chose pour la photo de la DS en Hollande).

 

 

 

 

Si j'osais, j'ajouterais que pour un industriel du lait, choisir la configuration Lolo-brigida allait de soi!

Voici maintenant une autre DS 1956 mayennaise (et non mayonnaise, comme me le propose le correcteur orthographique) égarée dans Paris.

 

 

C'est la numéro de série 959, immatriculée 514 AW 53 en Mars 56.

A son bord, c'est Roger Salset, directeur d'usine à Gorron en Mayenne.

Et comme toutes ces DS premier modèle, pas du tout au point, elle sera bien vite refourguée: un an et demi plus tard, elle partira sur Rennes. On ne peut que souhaiter bonne chance à Jean Huchet!

[Archives de la Mayenne, 2047 W 32]

 

 

Et enfin, une dernière série de photos, avec la présentation de la DS 19 lors de la foire exposition de Laval en 1956.

[Archives de la Mayenne, cliché Louis Brilhault, 32 Fi]

Ces futurs clients semblent passablement séduits!

Ce sont des officiers mariniers (équivalent des sous-offs dans la biffe), et Tungstène m'a révélé ce guide de lecture de leurs uniformes:

deux sardines dorées: second maître (sergent)
trois sardines dorées: maître (sergent-chef)
liseré doré: premier maître (adjudant)

 

[Archives de la Mayenne, cliché Louis Brilhault, 32 Fi]

Les amateurs apprécieront les détails d'une malle 1956

[Archives de la Mayenne, cliché Louis Brilhault, 32 Fi]

La bête est immatriculée 457 AX 53, et je la vois champagne, toit aubergine, intérieur bleu.

[Archives de la Mayenne, cliché Louis Brilhault, 32 Fi]

Cette DS est de numéro de série 1880, immatriculée neuve en Mai 56.

[Archives de la Mayenne, 2047 W 32]

Son acheteur est l'ingénieur centralien Edouard Diehl, fils du directeur de la grande filature de Laval.

J'adore la suite de son histoire.

L'ingénieur s'accroche un peu, essaye de la faire marcher, et on arrive en 1961.

On imagine alors le dialogue avec Simone Dorthuis, la secrétaire de la filature.

-Elle est quand même formidablement belle, votre DS, Monsieur Diehl
- Belle, oui, Simone, mais c'est une vraie cochonnerie, toujours en panne...
-Dans ce cas là il faut me la donner Monsieur Diehl! Ainsi je penserai à vous aussi le week-end! Et même, je peux vous faire le coup de la panne si vous voulez!
-Eh bien je vous prends au mot, Simone, elle est à vous!"

7 ans plus tard, à bout de patience avec le liquide rouge, Simone fera ferrailler l'engin.