La DS en Scandinavie, par le Dr Danche

english version:
version française:

Les pays nordiques (Suède, Danemark, Norvège, et Finlande dans une moindre mesure), traditionnellement citroënistes, constituèrent une clientèle fidèle pour la DS. Les voitures étaient en général expédiées de Paris ou de Bruxelles jusqu'au Danemark, puis elles partaient vers le Nord. Dès le Danemark ou une fois arrivées dans leur pays de destination, les voitures étaient l'objet de petits ajouts dus aux règles d'importation dans chacun des pays nordiques.

Vu de France, rien ne ressemble plus à un grand blond qu'un autre grand blond, et on lit pudiquement dans les ouvrages de référence des considérations très générales sur les modèles "export Scandinavie". Mais attention à ne pas froisser un viking, ou il pourrait vous en cuire: c'est pourquoi le Dr Danche va vous présenter le sujet, pays par pays.

Je ne suis pas trop sûr de tout ce qui est écrit ci-dessous, laborieusement rassemblé auprès de mes contacts nordiques. Si vous avez des infos je suis très preneur (pour mémoire mon adresse c'est: docteurdanche@orange.fr).

 


La Norvège

Pour ce pays, il y a somme toute assez peu de spécificités:

- sur les premiers modèles DS: il y a une jauge de température d'eau, dont voici des photos sur deux DS norvégiennes, millésime 56. Hélas je n'en ai pas de gros plan.

Sur le capot avant, sur les premiers modèles DS/ID uniquement, il y a (je pense) un logo "Citroën" sur le capot, évoquant les premiers modèles export USA. ici il semble curieusement installé...

En même temps, je n'ai observé le logo en Norvège que sur cette voiture, on va donc dire que je ne suis pas sûr du tout de cette info, le logo a pu être rajouté.

 

- à partir du 1er Janvier 1971, une loi norvégienne impose un clignotant latéral, dont la forme évoque un peu les clignotants export Italie de la toute dernière génération, mais il est cependant légèrement différent.

Il y en a deux modèles: un est entièrement orange, et l'autre possède un centre blanc.

A quel modèle exactement est destiné chacun... reste un mystère non résolu!

 

Pour terminer, il y a en Norvège une quantité importante de millésimes 75.

Et, chose extraordinaire et méconnue, l'immense majorité de ces voitures sont des DSpécial intérieur targa noir, et caisse... Rouge Cornaline AC419, une couleur disparue du nuancier Citroën officiel depuis 1969!

L'explication m'a été donnée par un amateur de Citroën bien connu qui a usé ses fonds de culotte en Norvège.

En réalité, à l'annonce de la fin de la DS, le prédecesseur de M Martinot à la tête de Citroen Norge (dont je n'ai pas le nom) demanda la livraison d'un lot de DS, anticipant ainsi les commandes de clients car il était sûr de pouvoir les vendre.

Ces voitures étaient toutes de la même couleur, le choix du rouge était de son initiative, judicieuse car l'assurance est moins chère dans cette couleur en Norvège, l'auto parassant plus visible en décor neigeux.

C'est ainsi que pour le seul millésime 75, et pour les seules DSpécial export Norvège, cette couleur Rouge Cornaline est devenue un best-seller.

Voici deux photos d'une des toutes dernières DSpécial, AC419.

Vous noterez au passage qu'elle a les cornets inox, et non plastique, c'est une spécificité de certains modèles DSpécial en version Export, dont la Norvège.

 

 

Le Danemark

- sur les premiers modèles de DS, la jauge de température supplémentaire (plus petite qu'en Norvège) s'accompagne en plus de deux voyants répéteurs de clignotant. Ici en photo sur une DS millésime 56.

 

il y a aussi (et là, j'en suis sûr) un logo Citroën sur le capot. Ici il me semble correctement installé.

- Par ailleurs, la législation danoise demande la présence systématique de répéteurs de clignotant. Sur les premières DS, le voyant de pied milieu fait office de répéteur. Mais sur ID, ce feu ne sert que de feu de position, et les Danois rajoutèrent donc un gros furoncle de marque "ERMAX" sur le côté.

Ceci dit, les DS ont elles aussi une modification à ce niveau: un feu local ERMAX remplace le lumignon standard en France.

Cela pourrait être pour une question de taille ou plus probablement une réponse à la règlementation danoise qui stiipule qu'on doit voir le clignotement y compris en plein soleil. Dans ce but, l'ERMAX permet d'installer des ampoules 5 Watts plutôt que les 1,5 Watts d'origine.

 

Quand le voyant de pied milieu disparait (1962), les DS doivent aussi faire l'objet d'un ajout sur l'aile pour avoir le droit de rouler à Copenhague. Le design du furoncle change alors, gagne en élégance et devient une sorte de flèche, pour DS et ID.

 

Ensuite, à une date qui m'est également inconnue (au millésime 68 elle est encore présente), cette flèche est abandonnée, et laisse place à un répéteur rond comme en Norvège (à vérifier...)
Par ailleurs, le catadioptre arrière, jugé trop petit par les autorités compétentes, est remplacé par un plus gros. Ici sur une ID 1957.

Il y a aussi une specificité extrardinaire sur 34 breaks tôlés à l'arrière, et fabriqués spécialement par la filiale danoise pour des raisons purement fiscales, histoire racontée sur ce lien dans le Danchojournal sur l'ID commerciale.

Sur le Danemark, je suis un peu léger sur les derniers modèles mais une info que j'ai est qu'il n'y eut jamais de DS20 commercialisée au Danemark.


Enfin, je vous signale que j'ai fait une page sur les sites Citroën au Danemark.

 


la Suède

Lars N. a eu la gentillesse de m'envoyer un petit reader's digest sur ce pays.

La DS fit son apparition en Suède très tôt: les premières voitures furent présentées à la presse en Janvier 1956. La plus vieille survivante en Suède porte le numéro de chassis 2308, plusieurs milliers de numéros donc avant les voitures danoises ou norvégiennes que l'on connait.

Les premiers modèles ne diffèrent que très peu des modèles français: il y a juste une température d'eau qui était installée d'office par l'importateur. Elle est encore d'un troisième type (c'est à dire ni norvégien, ni danois), elle a un fond noir, et il n'y a pas les répéteurs de clignotants danois.

 

Sur ID, la température d'eau suédoise était rentrée au chausse-pieds sur le tableau de bord, à la place de l'éclairage tableau.
Je pense que c'était le même système sur ID en Norvège ou au Danemark, mais je n'ai pas de photo.

Le catadioptre DS, jugé également trop petit par les autorités compétentes, est complété par un gros machin sur le pare-chocs.

Sur la photo noir et blanc de la même voiture à l'époque, on voit que c'était plutôt vu comme un dispositif additionnel aux catadioptres normaux.

Sur la photo N&B on voit aussi l'chappement non central (spécifique Suède dans ces années) et les gros garde-boues, qui étaient obligatoires dans ce pays, derrière les roues avant et arrière.

 

Sur ID, l'option retenue était de remplacer le catadioptre en en mettant un plus gros (au pourtour chromé si ailes courtes).

Les catadioptres suédois exotiques disparaissent à l'année modèle 1967: dès lors les catadioptres au type français sont acceptés.

autre fantaisie: la plaque avant était peinte en blanc sur les premiers modèles suédois.

Vous pouvez aussi consulter la présentation complète de trois voitures des années 50:

une ID suédoise de Janvier 58

une DS 58 suédoise de 1958

une ID suédoise de Septembre 59.

Ainsi que ces photo d'archives de l'arrivée de la DS en Suède en 1956.

A partir du millésime 60, les DS export Suède étaient équipées de ceintures de sécurité Vattenfall qui conduisaient à découper les magnifiques fontaines lumineuses. L'histoire complète est racontée dans mon dossier sur les ceintures de sécurité.

 

Ensuite, au delà des spécificités de ces tout premiers modèles, après quelques années de production, les caractéristiques techniques en Suède deviennent:

- châssis renforcé "exportation"
- pneus 165-400 avant et arrière, ensuite 180-15 XAS avant et arrière sur tous les modèles
- échappement "exportation"
- DSpécial avec cornets de clignotant chromés
- tuyaux et sphères renforcés
- "chauffage -10": c'ets à dire qu'il y a un dispositif écran supplémentaire devant le radiateur; ce n'est pas du tout le principe du très encombrant chauffage "-15": voir photo ci-dessous.


En ce qui concerne les feux: il n'y a jamais eu de répéteurs de clignotants en Suède.

Par contre, il y a eu sur une période donnée des feux jaunes additionnels assez hideux (ici une 68 vert illicinée).

Ces feux provenaient de la loi suédoise demandant de conduire phares allumés, de jour comme de nuit. Ces accessoires jaunes se branchaient directement sur le moteur, et s'éteignaient automatiquement avec lui, évitant ainsi le risque de vider sa batterie en oubliant ses feux en plein jour. Ils furent surtout utilisés dans la période 1977-1985.


au début des années 70, SAAB (sur les modèles 96 et 99), puis Volvo, furent pionniers dans l'installation d'essuie-phares avant.

Quand les deux constructeurs Suédois eurent déployé le gadget sur l'ensemble de leur gamme, la législation suédoise statua, pour protéger son petit commerce, que désormais, toute voiture vendue en Suède devrait posséder le zinzin.

Les DS, les GS et les autres furent frappées par cette obligation débile, mais la 2cv obtint une dérogation (imaginez un peu l'installation du merdier sur une 2cv...)

La loi eut une durée brève, car par exemple, les GSA Suédoises n'eurent pas droit au dispositif.

Conclusion: l'essuie phare photographié ci-dessous est spécifiques aux modèles 74 et 75, et uniquement en Suède (Danemark et Norvège ne mangeant pas de ce pain-là puisque c'était une loi protectionniste suédoise...)

Notez aussi sur la photo les phares jaunes dont on parlait plus haut.


Autre petite spécificité Suédoise: les repose-têtes à l'avant y sont de série. La Suède, pays de la sécurité automobile!

Pour finir: en Suède apparait également le même phénomène curieux qu'en Norvège: il y a plein de millésimes 75 et beaucoup d'ID (Dsuper, Dspécial, breaks) sont rouge cornaline.




La Finlande

Les voitures arrivaient directement de Paris en Finlande, sans passer par le Danemark. Contrairement à la Suède ou la Norvège, très peu survivent encore: moins y ont été vendues, et le climat finnois est particulièrement difficile.

La spécification technique locale était:

- température d'eau
- pas de logo Citroën sur le capot
- pas de répéteurs de clignotant
- gros garde-boue (comme en Suède)
- option d'un dégivrage arrière


En ce qui concerne la Finalnde, j'ai eu la chance d'être destinataire de quelques documents issus de l'importateur de l'époque. Préparez-vous à des émotions fortes en cliquant sur ce lien.

(en avant-goût: la deuxième DS importée en Finlande, arrivée le 29 Mai 1956, numéro de chassis 1643, couleur Vert Printemps.)

 

Le voyage au cercle polaire

On termine par une petite histoire vraie.

"Mes enfants, vous voyez mon camping car, et ses vignettes sur le pare-brise?"

"Eh bien sachez qu'à son bord, j'ai été, dans les années 70, jusqu'au cercle polaire, en suivant l'itinéraire que voici."


"Songez un instant: combien j'ai pu voir de DS sur mon trajet en Scandinavie? Des dizaines? Des centaines, peut-être?

Bon, mes enfants, allez, c'est assez pour aujourd'hui, il est l'heure de dormir. Bonne nuit, faites de beaux rêves..."

Et les grands enfants s'endormirent doucement, serrant dans leurs petites mains les écussons du camping car qui rappelaient le voyage de leur grand-père au cercle polaire.