La couleur de châssis des 600 premiers breaks ID19F.

Les tout premiers breaks (jusqu'au numéro 600 environ, de Octobre 59 à Novembre 59, je dirais) ont des caractéristiques de couleurs qui les rendent bien différents et spécialement désirables:

 

1- le châssis et le tour de la fenêtre de custode arrière sont de même couleur que la caisse.

On sent bien que c'est une mauvaise solution technique, qui amène une complexité infernale dans la production. Cette idée est vite abandonnée: après les démarrages, Citroën délèguera la préparation des châssis à une petite boite localisée à Levallois, qui peindra tous les châssis, quelle que soit la couleur de la voiture, en gris rosé AC136.


Cette évolution est même figurée dans les nuanciers d'époque, regardez plutôt cette frappante comparaison au niveau du dessin de tour de fenêtre arrière, entre les documents 1959 et 1960.

1959 1960

 

 

A noter que la teinte écaille blonde est abandonnée sur break début Décembre 59 (après seulement 2 mois!), remplacée par Bleu Monte Carlo.

Et c'est aussi autour de cette date que les châssis ont aussi cessé d'être couleur caisse.

Il n'y a donc au final que trois couleurs de breaks qui ont cette caractéristique de châssis de couleur caisse: noir, écaille blonde, et gris palombe. Et il se trouve que j'en connais un de chaque couleur! Revue de détail.


ici le tablier gris palombe (et non gris rosé) du break numéro 513, coque 527.

 

 

 

 

ici l'intérieur du hayon, la béquille et l'intérieur de coque en écaille blonde (et non gris rosé) du break 308, coque 379
..et l'extérieur de hayon, support de plaque en teinte noire, d'un break dans les numéros 100.

2- j'ai un doute concernant le compartiment arrière

Sur cette vue du break noir, on voit qu'une partie est quand même gris rosé, ainsi que la béquille.

C'est aussi ce qu'on observe sur le break gris palombe.

... mais pas sur le break écaille blonde, où tout est écaille blonde (y compris la béquille, on l'a vu). Et cette restauration est conforme à l'état d'origine de ce break.

Je pense en réalité que c'est dans cette direction qu'il faut chercher l'explication de l'abandon précoce de la teinte écaille blonde. Ceux ci étaient entièrement écaille blonde, à la différence des deux autres couleurs. Peut-être un essai? Ou un fournisseur différent?

Et quitte à modifier le schéma et adopter partout du gris rosé, on a abandonné rapidos la teinte prototype.

Cette thèse n'est étayée par rien d'écrit, mais je la trouve plausible.

3 Trois détails de finition sont assortis à la couleur de la caisse  

3.1 le bas du pied milieu

Sur cette vue du break gris palombe, on voit que le pied milieu est gris palombe, et que la finition plastique en bas est peinte dans la teinte.

 

 

Sur la noire (dont l'intérieur a été regarni avec un tissu postérieur), on distingue (avec un peu de bonne volonté) que l'objet est peint en noir, lui aussi.

En fait cette pièce de décoration plastique était toujours peinte assortie.

 

 

Ici on voit le châssis du break écaille blonde en fin de restauration, avant la pose des garnitures.

On voit que les pieds milieu à l'intérieur, et le tour des fenêtres arrière est écaille blonde.

Et on distingue en bas des pieds milieu la finition plastique, que Gérard a laissé en ivoire.

Joint en urgence, il m'a confirmé que d'origine ils étaient écaille blonde, mais irrécupérables, et qu'il va sans tarder remettre sa voiture en conformité.

3.2 la découpe colorée sous la galerie

Elle est assortie à la couleur de la caisse (et non gris palombe comme cela deviendra le standard).

ici en écaille blonde

et ici en noir
Ici une rare photo couleur d'époque, montrant un break écaille blonde avec sa découpe de toit écaille blonde, tandis que le bleu monte-carlo est passé au gris palombe.

3.3 la pièce mystère


Enfin, il y a une pièce spéciale, de l'autre côté par rapport à la béquille.

Cette pièce matelassée (DB986-1b), qui n'est installée que sur les breaks munis de strapontins, sert à reposer la tête des enfants quand le break se vautre dans les virages. Par contre, quand l'enfant grandit, ça ne sert plus qu'à se luxer l'épaule.

 

Dans le break gris palombe, la pièce en question est gris palombe!

idem pour écaille blonde!


4 Deux derniers détails

Outre la couleur du châssis et des décorations, les 600 premiers breaks construits ont encore deux caractéristiques très typiques:

4.1 la baguette qui fait le tour du toit est en un seul morceau (et non trois morceaux séparés)

4.2 le catadioptre arrière, tout en bas du feu, comporte des picots en relief, comme sur un vélo.

 

...et bien sûr cet article ne le traite pas, mais ces breaks suivent aussi les évolutions de la gamme ID (rétroviseur intérieur noir qui devient gris vers Octobre/Novembre 59, poignées alu qui deviennent inox vers Octobre/Novembre 59...), et comportent aussi des détails de finition abandonnés très tôt sur breaks (feux arrière à ailettes, éclairage intérieur arrière de forme ronde, forme de béquille mal foutue, lunette arrière plastique, pare-chocs arrière alu de forme bombée, etc).  

 

Cette rubrique sur les caractéristiques de couleur de caisse des premiers breaks est à suivre...car mon ami Milan piste aux USA ce break numéro 233, lui aussi écaille blonde, qui fournira peut être des réponses sur cette couleur très particulière!

On se quitte avec cette photo bien connue du magasin des Champs Elysées.

Aviez-vous remarqué que les hayons de la commerciale et de l'ambulance exposées sont peints couleur caisse? Eh oui, la photo est sans doute de l'Automne 59, elle présente les tout premiers breaks, parmi les 600 premiers!