Comment acheter une DS depuis les USA, par le Docteur Danche

On pouvait acheter une DS aux Etats-Unis par deux canaux distincts:

  • soit sur place aux USA, à un dealer affilié à la "Citroën Car Corporation", qui possédait deux adresses: Park Avenue (New York) pour la côte Est, et Beverly Hills (Los Angeles) pour la côte Ouest.
    NB: l'ex-site Citroën de Beverly Hills est de nos jours un garage Porsche. o tempora! o mores!



    Une gamme très complète était proposée par les dealers (jusqu'à la DS Prestige et au cabriolet), avec des dépliants siglés du nom assez cocasse de "chevrons of prestige"...




  • soit à l'occasion d'un voyage en Europe. On passait alors par des "plans" nommées overseas delivery plans, avec deux variétés principales:

    • PURCHASE PLAN
      aussi appelé straight (outright) purchase plan: la commande d'achat du véhicule était passée depuis les USA, l'utilisateur récupérait le véhicule neuf en Europe. Ensuite sa voiture était rapatriée en bateau par Citroën aux USA ("ramenez chez vous un peu d'Europe"!), ou bien revendue en Europe par l'utilisateur lui-même, sans garantie de prix. Dans ce plan, on prenait en général une voiture haut de gamme aux spécifications Américaines.
      Le choix d'un modèle aux spécifications Européeennes, également possible dans la formule, imposait la revente par l'utilisateur en Europe, sans prix garanti, et comportait donc plus de risques que dans le plan qui suit.


    • PURCHASE/REPURCHASE PLAN
      la commande d'achat (purchase) du véhicule était passée depuis les USA, l'utilisateur payait cash, et prenait livraison du véhicule neuf en Europe. En fin de voyage en Europe, il y avait reprise (repurchase) du véhicule à prix garanti à l'avance par Citroën, indépendamment du kilométrage. Dans ce plan, on prenait en général une voiture bas de gamme aux spécifications Européennes.

      Tous les dépliants commerciaux ne le mentionnent pas, mais on pouvait aussi décider de prendre par cette formule un modèle aux spécifications USA: après tout, comme ça, on pouvait se garder ouvert le choix, ayant essayé la voiture, de ne pas profiter de l'option de reprise, et de la ramener aux USA!

      Cette option explique qu'on trouve pas mal de voitures aux spécifications US qui sont restées en France au final, revendues sur place en plaques "TT" et avec quelques détails export, comme le clignotant, l'enjoliveur ou le toit peint de cette ID 1967 atterrie en Alsace.



    • FINANCE PLAN

      L'opération de purchase/repurchase pouvait même se faire sous la forme d'un all inclusive finance plan: en ce cas, il n'y avait même pas d'argent à avancer cash pour l'achat initial, c'était en réalité une location longue durée améliorée! Dans ce cas, on devait impérativement rester sur le bas de gamme aux spécifications Européennes, car la voiture était destinée à rester en Europe au final.
      Par exemple, en 1961, seules la 2cv et l'ID étaient proposées selon cette formule, et en 1969, on accédait seulement à la gamme "20".


      -----------------------------------------------------------------------------------

      Voici quelques explications complémentaires dans l'excellent guide confidentiel du vendeur Citroën aux USA, daté de 1961: ou comment arrondir sa commission en fourguant des "overseas delivery plans"!






      Je souhaitais présenter les options proposées dans la gamme "overseas delivery plan" de Citroën.
      Mais la difficulté pour être précis, c'est que les propositions commerciales semblent avoir varié avec les années, ce qui rend tout ça assez confus.

      Pour tenter par vous-mêmes de comprendre les subtilités entre les formules, voici le lien idéal: http://www.citronpaper.it/Gammadepli/startGammaOverseas.htm

      Vous y trouverez le scan de toutes les pages des dépliants. Mais si une synthèse vous suffit, voici année par année juste la couverture des brochures commerciales de Citroën USA ("direct factory overseas delivery") et la nature des offres, telles que je les ai comprises en lisant le contenu.


      1958: deux plans seulement sont proposés:
      Purchase/Repurchase (achat cash, revente à prix garanti), ou all inclusive finance plan (location longue durée).





      1959: le slogan du programme à l'étranger est trouvé, il restera le même jusqu'à la fin:
      "a car is a must in Europe".



      Il y a désormais trois plans proposés:
      le purchase/repurchase (PLAN 1),le "all inclusive finance plan" (PLAN 2), ou le purchase (PLAN 3).
      Eh oui! Le plan 3! Dans le fond, pourquoi pas ramener ce souvenir d'Europe à la maison!



      1960:

      Le document change à la marge, et l'ordre des plans aussi: l'option de ramener la voiture à la maison est maintenant placée en tête:
      purchase (PLAN 1), purchase/repurchase (PLAN 2), ou "all inclusive finance plan" (PLAN 3)




      Janvier 1961: on propose toujours purchase (toute la gamme), purchase/repurchase (plan réservé aux 2cv uniquement), ou "all inclusive finance plan" (2cv ou ID uniquement). Voir ce lien pour accéder aux documents complets.




      Septembre 1961: on propose toujours purchase, purchase/repurchase (cette fois, 2cv ou ID), ou "all inclusive finance plan" (2cv ou ID).

      On apprend dans ce document que même dans le "all inclusive finance plan", on pouvait choisir de la ramener aux USA en fin de séjour. Je ne sais pas trop comment ça se passait pour la remettre en conformité avec la règlementation US...





      1962: on trouve seulement purchase, ou "all inclusive finance plan".
      Il semble que la formule de purchase/repurchase pure ait été abandonnée à partir de cette année là.
      Dans la formule "finance plan", il est bien indiqué dans l'intérieur du dépliant qu'on peut aussi toujours choisir au final de garder la voiture pour la ramener aux USA, en s'acquittant de la "promissory note", représentant la dépréciation.




      1963: purchase, ou "all inclusive finance plan"
      Dans le "finance plan", on peut toujours choisir de payer la promissory note si on veut au final ramener au USA la voiture.



      1964: purchase, ou "all inclusive finance plan"
      on ne signale plus la possibilité, en "all inclusive", de ramener la voiture au pays.
      Je suppose néanmoins que ça restait possible en le demandant.



      Voici aussi, en complément, un petit tableau sur les commissions touchées fin 64 par les salesman des USA, selon qu'on vendait un "Purchase" ou un "Finance".

      1965: conditions identiques à 1964



    année modèle 1968: purchase, "financed purchase/repurchase" ou "American delivery plan"

    Le libellé "financed purchase/repurchase" correspond en réalité à la même chose que le "all inclusive finance plan" des années précédentes. Comme à l'habitude, seule l'entrée de gamme est proposée dans la formule: l'ID19 confort cette année là.

    La dernière formule, "American delivery plan" était innovante: on achetait une voiture pour les USA et UNE AUTRE pour le voyage en Europe, en purchase/repurchase (avec une réduction). Cela évitait de rapatrier sa voiture...



    transition 1968-1969
    Le document 69, rouge, présente encore l'ID19 et la DS19, et pas les nouveaux modèles 1969 (ID20, DS20). Sans doute n'avait-on pas anticipé que la gamme allait beaucoup évoluer.




    1969 année modèle
    une mise à jour plus conséquente est donc nécessaire pour présenter les nouveaux modèles, la couverture en sera orange pour l'année modèle 69.



    Sur l'année 1969, je vous invite à consulter les documents illustrant cette petite histoire racontée sur le site Citrowagon.


    1970: purchase, financed purchase/repurchase ou "rental"

    Citroën s'aligne enfin sur la norme en proposant enfin la location longue durée, sous son vrai nom, c'est à dire "rental"... La différence, pour l'acheteur, n'est pas claire pour moi avec le "financed purchase/repurchase", qui est maintenu.



    1973: financed purchase/repurchase
    (Citroën ayant cessé son activité sur le territoire Américain au millésime 72, il n'était évidemment plus question de purchase!)



    Acheter une DS depuis le Canada


    Des propositions similaires étaient faites sur la même période au Canada, avec un slogan sur le mode des vancaces:

    Ce document-ci, montrant Azay le rideau, n'est pas daté


    Et, terrible déconvneue, sur le document canadien de 1967...





    ... je relève, dans la partie purchase, le dessin indigent de l'arrière du break: l'aile semble cacher la roue comme sur une berline. Quel amateurisme!